01er Mai à Thiès : Le monde du travail égrène ses préoccupations

01er Mai : Le monde du travail égrène ses préoccupations

La coalition des centrales syndicales de Thiès à savoir à la CNTS, la CNTS FC, la CSA, l’UDTS et L’UNSAS a marqué la fête du premier Mai par une procession vers la gouvernance de Thiès ou les syndicalistes ont été reçus par le maître des lieux.  Une opportunité saisie pour remettre au Gouverneur de Thiès leur cahier de doléances axé autour de 10 points parmi lesquels l’ouverture de négociations sérieuses entre le gouvernement et les syndicats sur le nouveau système de rémunération et d’indemnisation des agents de la fonction publique, l’amélioration de la prise en charge sanitaire des travailleurs, et le renforcement des dispositions de formation continue entre autres.

La relance des ICS, un motif d’espoir pour les travailleurs                                                           La relance de l’entreprise, un motif d’espoir pour les travailleurs des Industries Chimiques du Sénégal selon M. Ousmane NDIAYE SG du syndicat de base Taïba ICS Mines. A l’en croire même s’il reste des choses à parfaire avec le temps, les travailleurs ont des raisons d’espérer un avenir meilleur avec l’effectivité de la relance depuis 2 ans. Il précise que depuis 2008, l’entreprise a vécu des crises successives mais grâce à cette reprise, une éclaircie brille à l’horizon, raison pour laquelle les syndicalistes ont appelé la direction à reconsidérer le volet social qui avait longtemps été en berne.

A Transrail, le 1er Mars célébré dans l’unité syndicale

Les cheminots ont de leur côté marquée le 1er Mai sous le signe d’un nouveau repreneur Dakar Bamako Ferroviaire DBF avec l’unité syndicale retrouvée entre le SUTRAIL, le SATRAIL et le FETRAIL. Devant l’administrateur général de DBF les syndicalistes sont revenus sur la situation difficile que traverse l’entreprise. Selon M Mambaye TOUNKARA Secrétaire Général du SUTRAIL, l’espoir renait avec la mise en place de la phase transitoire et des accords signés entre les états Sénégalais et Maliens et les bailleurs de fonds pour la modernisation du chemin de fer. A l’en croire, les deux Etats ont pris la décision de mettre à la disposition de l’administrateur provisoire un montant de 7, 5 milliards destiné à l’achat d’urgence des pièces de rechange,  à la réhabilitation des points critiques de la voie et de certaines infrastructures et à la prise en charge des salaires pendant une durée de six mois. Selon M. TOUNKARA, cette décision de transfuser financièrement la société vient à son heure du fait des difficultés notoires que traverse l’entreprise du fait de la détérioration avancé de ses infrastructures et le manque criant de pièces de rechange pour les engins roulants. M TOUNKARA précise que seul l’unité syndicale est gage de redressement durable de l’entreprise, raison pour laquelle il a appelé toutes les sensibilités à laisser de côté leurs divergences pour le bien de l’entreprise.                                                                                 

Adji Fatou NDIAYE                                                                                                                                                                           

Facebook Comments