Ad Break : Facebook lance son service de monétisation de vidéos

Si vous êtes un utilisateur de Facebook, vous n’allez peut-être pas apprécier cette nouvelle. En revanche, si vous êtes un « créateur » qui partage des vidéos sur le réseau social, c’est une bonne nouvelle pour vous. Gagner de l’argent avec les vidéos sur Facebook, c’est maintenant possible grâce au programme Ad Break que le réseau social déploie dans plusieurs pays.

Cela fait des années que Facebook déploie les grands moyens (comme payer pour avoir du contenu) pour concurrencer YouTube dans la vidéo en ligne. Et il y a quelques jours, le numéro un des réseaux sociaux déployé Watch, l’onglet dédié aux vidéos (que l’on pourrait comparer à la page d’accueil de YouTube) dans le monde entier.

Mais l’un des problèmes avec les vidéos Facebook, c’est que contrairement à celles sur YouTube, elles sont difficiles à monétiser. Alors que Google permet déjà de gagner de l’argent grâce aux publicités sur les vidéos YouTube, Facebook ne propose pas encore de solution similaire dans le monde. Cependant, la situation évolue petit à petit. Et aux Etats-Unis, Facebook propose déjà une solution baptisée Ad Break (des pauses publicitaires) pour permettre aux créateurs de gagner de l’argent.

Septembre : les Ad Break arrivent en France
Lors de l’annonce de la disponibilité mondiale de Watch, Facebook a également annoncé que ce mois de septembre, ce programme sera disponible en Argentine, en Belgique, en Bolivie, au Chili, en Colombie, au Danemark, en République dominicaine, en Équateur, au Salvador, en France, en Allemagne, au Guatemala, au Honduras, au Mexique, aux Pays-Bas, en Norvège, au Pérou, au Portugal, en Espagne, en Suède et en Thaïlande.

D’autres pays s’ajouteront à la liste dans quelques mois.

Mais bien entendu, toutes les pages ne pourront pas gagner de l’argent grâce aux vidéos sur Facebook. Les pages ne sont éligibles que si elles ont « créé des vidéos de 3 minutes qui ont généré plus de 30 000 vues d’une minute au total au cours des deux derniers mois, avec 10 000 abonnés ». D’autre part, il faudra également respecter les standards de monétisation.

presse-citron.net

Facebook Comments