Attaque chimique présumée en Syrie : le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit en urgence lundi

Manœuvres diplomatiques à l’ONU. Sous l’impulsion de la France, neuf pays membres sur les quinze du Conseil de sécurité ont demandé la réunion en urgence lundi de cette instance après l’attaque chimique présumée commisesamedi à Douma en Syrie, rapporte dimanche 8 avril l’AFP.

La demande de cette réunion est signée de la France, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Koweït, de la Suède, de la Pologne, du Pérou, des Pays-Bas et de la Côte d’Ivoire. Il revient à la présidence du Conseil de sécurité, assurée en avril par le Pérou, de confirmer formellement la tenue de cette réunion, vraisemblablement à 20 heures, heure française. Cette nouvelle réunion a cependant peu de chances d’aboutir : la Russie, allié du régime syrien, dispose d’un droit de veto au Conseil de sécurité.

“Une attaque insensée” pour Trump

Les Casques Blancs, des secouristes en zones rebelles, un groupe insurgé ainsi que l’opposition en exil ont accusé le régime syrien d’avoir mené une attaque chimique samedi à Douma, dans la Ghouta orientale proche de Damas, faisant des dizaines de victimes. Le gouvernement syrien et ses soutiens, notamment russe et iranien, ont démenti la responsabilité des forces gouvernementales.

Aux Etats-Unis, le président américain Donald Trump a dénoncé une“attaque chimique insensée”, prévenant qu’il faudra en “payer le prix fort”. La France a affirmé dimanche qu’elle assumerait “toutes ses responsabilités”après cette attaque chimique présumée, alors que Paris a plusieurs fois menacé de frapper des objectifs militaires syriens en cas d’usage avéré d’armes chimiques.

Facebook Comments