Blocus de la transgambienne : Les leçons de Souleymane Ndéné Ndiaye et d’Abdoul Mbaye à Macky Sall

La situation de la fermeture de la frontière entre le Sénégal et la Gambie préoccupe les deux anciens premiers ministres : Souleymane Ndéné Ndiaye et Abdoul Mbaye. Face à l’indifférence du régime en place qui semble ignorer Yahya Jammeh, estampillé «dictateur » des temps modernes, les deux personnalités invitent le pouvoir en place à ouvrir des négociations avec Banjul pour mettre fin au calvaire des usagers de la transgambienne.

Souleymane Ndéné Ndiaye  montre la voie à Macky Sall

Pour une résolution du blocus de la frontière entre le Sénégal et la Gambie,  Souleymane Ndéné Ndiaye s’est engagé à une médiation.

L’ancien premier ministre du Sénégal informe qu’il a déjà appelé le Président gambien pour un retour à la normale entre les deux pays. Il l’a fait savoir en marge de la Foire internationale de Kaolack.

«J’attends le retour de M. Diameh qui doit me rappeler d’ici la fin du weekend. Pour que je puisse voir quel rôle, je pourrai jouer, pour essayer de trouver une solution à cette situation. Je pense qu’on peut trouver une solution à l’amiable», a-t-il indiqué sur les ondes de Rfm.

Abdoul Mbaye aussi…

Au même titre que Souleymane Ndéné Ndiaye, Abdoul Mbaye qui fut le premier Premier ministre de Macky Sall, trouve inacceptable ce qui se passe à la frontière entre le Sénégal et la Gambie.

Vendredi soir, il a appelé depuis les beaux maraichers où il s’est rendu, l’Etat du Sénégal à prendre ses responsabilités en construction un pont sur le fleuve gambien et une route de contournement. Il invite le gouvernement à sortir de son mutisme pour

En effet, au regard de l’opinion nationale et internationale, si l’ancien Premier ministre, le dernier de Me Wade, venait à rencontrer le Président gambien en réussissant à le ramener à la raison, c’est le gouvernement de Macky Sall qui va en tirer les leçons. Et cela sera un précédant dangereux pour Mouhamed Abdallah Dionne. Car, depuis le blocus, il y a trois mois maintenant, le gouvernement du Sénégal s’est muré dans un silence impuissant devant l’homme fort de Banjul.

Facebook Comments