Comment Diouf et d’autres “Lions” ont pris à partie Aliou Cissé… après le match des Légendes

Les “Lions” de la génération de 2002 ont soldé leurs comptes après le match des Légendes de la CAF, le 7 janvier dernier. Le sélectionneur du Sénégal Aliou Cissé et ses anciens co-équipiers, en particulier, El Haj Dioufont eu une séance d’explication houleuse dans les vestiaires.

 Jusque là, les anciens coéquipiers s’envoyaient des piques par presse interposée. Mais le match des Légendes de la CAF a été l’occasion de vider leurs sacs face-à-face. En effet, l’ancien sélectionneur adjoint, Abdoulaye Sarr a ouvert le débat et a attiré l’attention des uns et des autres sur la nécessité de tirer dans le même sens pour l’intérêt du football sénégalais. Abondant dans le même sens, Makhtar Ndiaye, lui, juge les critiques contre Aliou Cissé inopportunes.

Suffisant pour faire bondir El Hadji Diouf de sa place et l’attaquer : «tu te tais. Tu ne vis même pas ici pour savoir ce qui se passe. Makhtar de rétorquer : «vous êtes mon grand frère, mais vous ne devez pas me dire certaines choses».

Joint par “l’Observateur”, l’ancien attaquant sénégalais revient sur ses explications avec Aliou Cissé : « Je lui ai dit : avant les Caf Awards, on avait fait un match ici au stade Léopold Sédar Senghor. Tu avais pris les numéros de téléphone de tout le monde, mais tu n’as appelé personne. Tu fais le contraire de ce tu dis. Il  faut accepter les critiques ».

El hadji Diouf poursuit : «Aujourd’hui, aucun acteur du football n’est content de toi. Ce n’est pas normal qu’en tant qu’entraîneur, tu refuses de serrer la main à Mady Touré (Président de Génération Foot) tout simplement parce qu’il t’a critiqué. Tu te prends pour qui ? Il faut arrêter». Avant de lui signifier qu’il ne veut rien de lui et ne l’envie pas non plus. «J’ai plus de notoriété que toi dans ce pays. Il faut respecter les gens », peste Diouf.

Très zen, Aliou Cissé lui répond : «El hadji Diouf, après ma nomination, je suis venu te voir pour te dire mon souhait de travailler avec toi, comme Bruno Metsu le faisait avec feu Jules François Bocandé».

«Ce n’est pas vrai », balance Diouf. Et d’ajouter : «Même quand les gens t’appelle au téléphone, tu ne décroches pas. Encore moins répondre aux messages».

L’ancien international Mamadou Diallo a confirmé les paroles de Diouf et déploré la barrière établie par Cissé, entre lui et les anciens.

Facebook Comments