Condamnation de Khalifa Sall : l’Interparlementaire relève des incongruités et espère…

L’Union interparlementaire est préoccupée par l’affaire Khalifa Sall d’autant plus que la Cour de justice de la Cedeao avait relevé des dysfonctionnement dans la procédure qui a abouti à sa condamnation. Cette instance, saisie par M. Sall en tant que député, a tenu à exhorté l’Assemblée nationale de lui fournir les pièces qu’elle lui avait réclamées pour compléter celles qu’elle a reçues en janvier 2018.

Après avoir été saisie par le désormais ex-maire de Dakar qui s’est revêtu de son manteau de parlementaire, l’Union interparlementaire a fait ses premières observations concernant cette affaire. Et celles-ci vont conforter la position des partisans de Khalifa Sall ainsi que ce dernier, qui continuent de soutenir que sa condamnation est purement politique.

Dans sa décision, cette instance a pris note «des informations transmises par les autorités parlementaires en janvier 2018 ; regrette cependant l’absence de réponse ultérieure aux demandes notamment d’informations sur la nature des faits reprochés à M. Sall.»

Sur sa lancée, elle «considère que les conclusions de la CEDEAO, à savoir le non-respect du principe de présomption d’innocence étant donné que le contenu des enquêtes menées a été rendu public, le caractère arbitraire de la détention de M. Sall dès lors qu’étant élu il jouissait de l’immunité parlementaire et le rejet sans examen sur le fond des différents recours qu’il a introduits auprès du juge d’instruction, confirment en très grande partie les allégations du plaignant selon lesquelles la procédure entamée contre M. Sall était entachée de sérieux vices.»

Elle a aussi relevé le boycott des avocats de Khalifa Sall pour dénoncer «ces différentes irrégularités judicaires et d’autres incohérences survenues au stade du procès en appel ainsi qu’une justice expéditive », ainsi que «ces irrégularités judiciaires » qui «s’expliquent par le caractère politique » soulevées par Khalifa Sall.

Elle «réitère son souhait d’obtenir des informations à cet égard de la part des autorités parlementaires afin de mieux comprendre la teneur des allégations », et «prie le Comité de poursuivre l’examen de ce cas et de lui faire rapport en temps utile.»

Facebook Comments