Crise scolaire : le COSYDEP met les parties prenantes face à leurs responsabilités

La Coalition des Organisations en Synergie pour la Défense de l’Ecole a fustigé hier face à la Presse la crise scolaire persistante et mis les parties prenantes à savoir l’état et les syndicalistes devant leurs responsabilités. Selon M. Abdou KANE MBODJI coordonnateur de la COSYDEP/Thiès, l’état doit respecter ses engagements vis-à-vis des enseignants grévistes en payant les sommes dues. A l’en croire, le problème majeur qui alimente la crise c’est une rupture de confiance entre les deux parties. C’est pourquoi il reste convaincu que si l’Etat accepte de faire certaines concessions, les enseignants peuvent mettre de l’eau dans leur vin pour arriver à sauver l’année. Pour M. MBODJI, le redéploiement intervenu en pleine année scolaire a créé énormément de problèmes. Une situation qui, conjuguée à d’autres facteurs, a fait perdre environs 120 heures de cours sur le quantum horaire. Le coordonnateur de la COSYDEP a également dénoncé les méthodes de protestations des syndicalistes comme la rétention des notes des élèves. La coalition assistée d’associations de parents d’élèves et de membres du Front Unitaire des Syndicats d’Enseignants FUSE a plaidé pour une école enfin apaisée.

 Adji Fatou NDIAYE

Facebook Comments