La FENAB lance le programme « Initiatives d’imitation de la nature »

La Fédération Nationale pour l’Agriculture Biologique FENAB a tenu ce week end une journée de sensibilisation sur les changements climatiques. Cette activité a coïncidé avec la ratification de l’accord de paris tenue à New York ce samedi et servi de prétexte pour décliner le programme dénommé « Initiatives d’Imitation de la Nature par la biodiversité, l’agriculture écologique et les énergies renouvelables pour la lutte contre les changements climatiques ».

Selon M. Ibrahima SECK, ce programme de cinq ans est axé sur sept axes stratégiques dont la régénération naturelle assistée des plantes, le reboisement de plus de 250 000 arbres, à raison de cinquante mille par an,  le développement des énergies renouvelables et des emplois verts à travers la promotion du Biogaz chez les ménages qui pratiquent l’agriculture écologique biologique. Pour M SECK, un des objectifs de ce programme c’est d’amener les communautés de base à lutter contre les changements climatiques  à partir des pratiques traditionnelles améliorées par des technologies modernes issues de l’agriculture écologiques et biologiques. Le coordonnateur de la FENAB s’est par ailleurs félicité de l’option du gouvernement du Sénégal d’ériger l’agriculture comme levier pour le développement économique du Sénégal. L’autre motif de satisfaction de M. SECK réside dans la promesse du gouvernement de subventionner les bios pesticides et les bios fertilisants. S’exprimant sur le projet des Domaines Agricoles Communautaires DAC initié par le gouvernement du Sénégal, M. SECK a plaidé en faveur de l’octroi de DAC qui serviraient d’école de formations à l’agriculture écologiques et biologiques. Il précise que les aménagements des domaines devraient se faire en respectant l’équilibre naturel. « Là où on pense qu’on ne peut pas faire l’agriculture écologique biologique par exemple de la vallée du fleuve où les aménagements ont tout détruit, nous disons qu’il est possible d’avoir des arbres qui s’adaptent. En même temps dans les rizières nous pouvons avoir du poisson et élever des canards, une bio diversité de production allant dans le sens de la durabilité de l’agriculture » révèle-t-il. Le coordonnateur de la FENAB a enfin dit toute la volonté de sa structure à accompagner le gouvernement  dans sa stratégie de lutte contre les changements climatiques.

Adji Fatou NDIAYE (Thiès)

Facebook Comments