Macky Sall aux enseignants : «Soyez des patriotes»

Dans un contexte social très agité par des grèves récurrentes des syndicats de l’éducation, de la santé et des collectivités locales, le 1er mai, fête du travail, édition 2016, a été l’occasion encore pour les centrales syndicales d’exposer le calvaire des travailleurs.

En plus de l’appel pour la matérialisation des accords signés avec les syndicats de l’Enseignement et du secteur éducatif, les centrales, devant le chef de l’Etat, veulent une baisse du prix de transport, du pain et l’électricité et la revalorisation du Smic. Comme chaque année, la fête du travail repose encore la question de l’utilité de dépôt des cahiers de doléances à la lumière des mots de grève observés durant toute l’année.

Toujours est-il selon le journal que le président de la République, Macky Sall, a tenu selon Sud Quotidien à rappeler les efforts consentis par son gouvernement pour l’amélioration des conditions des travailleurs, tout en demandant aux enseignants de «faire preuve de patriotisme». Pour cause, soutient-il, «tout ne peut pas régler du jour au lendemain». Par la même occasion, le chef de l’Etat a interdit à ses ministres de signer des accords que l’Etat ne peut pas respecter.

Alors, Makhary, énervé comme jamais, confie toujours sa tante, a pris le couteau qu’il avait par devers lui et il s’est planté profondément la lame dans son ventre”. Jusqu’ici, personne ne sait quelle mouche à bien pu piquer le petit Makhary pour qu’il se comporte de la sorte. Tout ce qu’on peut dire, c’est que Makhary tenait à sa mangue, apparemment, plus qu’à sa vie. Car à cause de son désir de déguster seul sa fameuse mangue, il a failli ôter sa propre vie avec ce coup de couteau au ventre. Et le voilà qui s’est finalement réveillé à l’hôpital où il a été évacué et où on lui a finalement sauvé la vie.

senegal7.com

Facebook Comments