Moustapha Diakhaté soutient la presse: «Il est urgent qu’on…»

Sa présence n’est pas passée inaperçue. Le président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar (BBY) était aux côtés de la presse cet après-midi. Moustapha Diakhaté a marché de la Place de la Nation, ex-Obélisque jusqu’à la RTS.

«Je suis venu ici pour soutenir la CAP (Coordination des Associations de Presse) dans sa marche pour une presse de qualité. Vous savez si vous êtes dans un pays, le meilleur baromètre pour mesurer la qualité de sa démocratie, c’est la pluralité et la qualité de sa presse. Mais pour que la pluralité et la qualité de la presse puisse être une permanence, il faut des entreprises de presse performantes. Et, cela nécessite un cadre juridique. Cela nécessite aussi des moyens financiers et donc, pour moi, cette revendication, c’est une revendication pour renforcer la presse au Sénégal. Par conséquent, doter le pays d’outils qui lui sont nécessaires pour la démocratie», réagit-il.

Sur le nouveau Code de la presse, le parlementaire d’assurer : «C’est déjà réglé. Cela devait même être fait lors du dernier Conseil des ministres mais il y avait des coquilles et certaines formulations qu’il fallait changer mais lors du tout prochain Conseil des ministres, le Code sera adopté. Déjà, nous avons obtenu un statut de la Maison de la presse qui prévoit l’existence d’un Conseil d’administration dans lequel il y aura des acteurs de la presse. C’est deux (2) problèmes sont réglés. Ce qui reste, c’est la convention des journalistes. Cela nécessite la participation de l’Etat en tant qu’employeur et en tant qu’arbitre du jeu, mais aussi le patronat de presse et les syndicats».

De son point de vue, «il est urgent qu’on ouvre ce chantier parce qu’à l’actuelle convention est obsolète et ne correspond plus à la réalité de la presse sénégalaise».

Par Pressafrik

Facebook Comments