The URL posted is not in your domain(s) list

Ousmane Sonko, désormais à la tête d’une coalition de 16 organisations pour la présidentielle du 24 février, a une fois de plus donné le ton d’une révolution.  Dans un discours en grande partie prononcé en wolof, le candidat de la coalition déclare : « nous appelons à une révolution non violente, mais totale et systémique ».

Considéré par ses partisans comme le symbole de la véritable alternance politique, Sonko juge le pouvoir du président trop grand et qu’il faut réduire : « Il faut réduire drastiquement le pouvoir du président de la République »

Pour cette nouvelle alternance, Sonko repose son espoir sur la jeunesse : « les jeunes vous avez les clés d’un Sénégal nouveau entre les mains et l’avenir c’est maintenant », a-t-il déclaré.

Il s’est également montré  solidaire avec les autres candidats en lice pour la présidence : « Nous exigions la candidature de toute les personnes qui remplissent les conditions ».

Facebook Comments